• Quand j'étais gosse, si on nous demandait ce qu'on voulait faire dans la vie, quand on serait grand, on répondait : astronaute, inspecteur gadget, miss France, explorateur, ou dealeur. Que des trucs qui font rêver quoi... Aujourd'hui, demande à un gamin ce que c'est son rêve, il te sort : "ben moi, je voudrais un CDI".

    Ah ! Ignominie, erreur ! Pauvre génération perdue, qui n'a rien compris !

    As a leader, laissez-moi vous expliquer les jeunes, pourquoi, la vraie réussite, c'est les emplois précaires ! Ben ouais, c'est tout le contraire les gars, ils sont où les avantages tu crois ?

    Tu vas me dire, ouais, sécurité de l'emploi, prêt à la banque tout ça, pavillon/labrador/4x4, ahah ! Mon cul ! Et le pire c'est que tout le monde court après ces putains de CDI !

    Regarde, dans ma boîte, on sait qu'un poste va se libérer en Juin. Un CDI, le Saint-Grâal... Du coup, tous les emplois précaires se tirent la bourre pour décrocher le job. Ils sont tous en train de rédiger leurs lettres de motivation pendant que moi, j'écris ce torchon, ce chef-d’œuvre. Même les employés en CDI me poussent, "mais postule !!!" (ouais, ils me kiffent, normal, ils veulent me garder). Ahahah, mais vous êtes tarés ou quoi ? Non, moi je préfère jongler avec les contrats, et être toute ma vie une galèrienne, parce que...

     

    Les avantages de la précarité

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite...


    11 commentaires
  • Han ! L'autre ! Elle a pas posté depuis le premier Août, et encore, c'était pas elle, c'était le doc Filou, et elle se ramène la bouche en cœur, la gueule enfarinée, et elle croit qu'on va la lire sans rien dire !

    Ok la gargouille, déjà, tu te calmes, j'ai naturellement une bouche en cœur, pas la peine d'être jalouse, et j'ai pas la gueule enfarinée, j'ai juste mis trop de poudre minérale.

    Et puis t'es pas mon père oh ! Parce que je sais très bien à quoi ça ressemble un père, figure-toi, j'en m'en tape un. Un père divorcé. Ou presque. Oh ça va hein ! Je l'ai connu après qu'il ait presque divorcé avec l'autre pute sa femme, (ou presque), mais oh ! Putain ! T'as décidé de me faire chier ou quoi ? Parce que je te jure, c'est pas le moment. Déjà, je viens de faire un trou de clope dans mon plus beau chemisier Paul and Joe (ok, H&M), et ensuite, je viens de réaliser qu'on m'a trompé sur la marchandise...

    Imagine-toi... 6 mois en arrière, je date un jeune homme fougueux répondant au doux nom de docfilouaimeleschaudasses36 (par souci de discrétion, le numéro de département a été changé, on est pas des blaireaux, on habite pas Châteauroux). Il est canon, chaud comme la braise, il a eu le mauvais goût de faire deux gosses, mais bon, il n'a pas la garde, il n'en parle jamais, c'est comme si il se s'était pas reproduit. Moi, confiante, je m'abandonne à mon bel Adonis, pire, je commet la grosse connerie de tomber amoureuse et là, BAMMMMM, je réalise, Ah ouais ! Il est père le con ! J'avais oublié les deux morveux, Léa et Kévin ! Il m'en avait vaguement parlé, genre connerie de jeunesse, il était bourré, il a fait des gosses, il a été coincé avec le test de paternité, tout ça, il a dû les reconnaître, mais comme j'écoute jamais ce qu'il me dit, j'avais zappé. Et là, je peux te dire, je déchante... Et je réalise ce que ça représente vraiment de se taper un père divorcé !

    Comme je suis bien connue pour être sympa, je vais essayer de faire en sorte que mon expérience douloureuse serve à quelque chose, et en particulier, te serves à toi, pauvre lectrice, qui, si t'arrives à un jour à pécho avec ta gueule, risque bien de tomber sur un papounet à la con (ce risque augmente proportionnellement avec ton âge). Pour bien te mettre en garde, je te livre ici tous les inconvénients que la situation comporte...

     

    Se taper un père divorcé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite...


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires